Architecture

Une architecture des plus enfantin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tout le monde a déjà fait durant son enfance des cabanes avec des coussins, draps et autres trucs que l’on pouvait dénicher dans la maison mais personne n’a pris le temps d’examiner leurs intérêts architecturaux qui paraissent enfantin mais reste intemporels.

La société de construction Build LLC a pris le temps d’analyser ces cabanes: de leurs couleurs en passant par les matériaux ainsi que la forme finale. Leur analyse a porté également sur ​​des comparaisons avec des conceptions, des styles et les mouvements du passé comme les pyramides mayas ou encore plus moderne, les conceptions d’architectes célèbres comme Wright, Meier ou Van der Rohe.

Dans ces quelques exemples ont trouve des structures relativement simples, forme typique de maison, ressemblant à des boites. Cependant dans certain cas, une sorte d’abstraction postmoderne ludique ressort de ces cabanes aux géométries non-linaire. L’enfant serait-il influencé par son environnement?

Nous sommes nous adulte influencé par nos connaissances des formes, de l’architectures environnant notre quotidien, des architectes et des bâtiments anciens mais vous pouvez être sur que dans chaque enfants se cache un batisseur…

Publicités

L’école flottante de Makoko de Kunle Adeyemi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’école flottante de Makoko à Lagos au Nigéria, un projet pilote humble qui vient de s’achever dirigé par l’architecte nigérian Kunle Adeyemi et son cabinet NLE basée à Amsterdam. C’est une structure prototype construit localement et conçut pour servir la communauté de Lagos.

Élaboré comme une école, mais théoriquement applicable à de multiples fonctions, cette structure flottante de forme triangulaire construit avec des bambous fournit la stabilité structurelle nécessaire pour résister aux conditions météorologiques destructrices dans une région côtière pauvre et surpeuplé en proie à des changements climatiques.

De valeur cruciale pour la population locale vivant dans l’eau avec pratiquement aucune infrastructure viable, de plus en plus vulnérables aux conditions climatiques, et desservi par une seule école anglophone, cette école vise à fournir une solution structurelle durable dans une ville désespérée.

 

Art numérique ou décoration architecturale?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Revisiter les traditions de l’art islamique, des mosaïques et des tapis traditionnels, tel est le travail de Miguel Chevalier et Michel Redolfi dans le Sacré Cœur de Casablanca.

Ce tapis magique transforme le sol de l’église en un gigantesque interface interactive avec des graphismes en constante évolution avec les mouvements des visiteurs. Le spectateur devient alors un acteur de l’oeuvre.

Avec cette affichage numérique et graphiques qui se multiplient, se divisent, se développent, et se transforment, rappelle les systèmes cellulaires et organiques. L’effet de la combinaison de la technologie organique et numérique de Chevalier rend l’installation presque psychédélique et est renforcée par la musique ambiante composé par Redolfi .

Pour voir l’installation en action , n’oubliez pas de consulter la vidéo de Claude Mossessian.

 

La simplicité au service de l’humain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’eau potable est un bien qui n’est pas encore accessible à tous les gens dans le monde. L’architecte italien Arturo Vittori a créé « WarkaWater » en réfléchissant à une solution pratique à ce problème d’eau, une tour de 9 mètres de hauteur qui capte la vapeur d’eau atmosphérique et la transforme en eau propre à la consommation.

Le système n’est pas un appareil de haute technologie mais il est tellement simple qu’il peut être reproduit partout. Les matériaux utilisés pour ce projet sont des tiges de bambou, qui constituent l’épine dorsale de la structure et à l’intérieur d’eux sont alignés des sacs avec des mailles plastique, semblable à ceux utilisé pour le transport de fruits et légumes. Les fibres de nylon et de polypropylène permettent de soulever les gouttelettes de rosée qui s’écoulent en se dirigent vers un récipient, situé au bas de la tour.

Le projet a été conçu pour les régions montagneuses d’Ethiopie où femmes et enfants doivent marcher au quotidien des heures pour récupérer de l’eau parfois contaminée. L’architecte a travaillé pendant deux ans sur ce projet pour le rendre aussi efficace que possible. Il espère voir les premières constructions en Ethiopie d’ici 2015.

On apprend en regardant son site que le nom a été inspiré des « Warka », arbres gigantesques d’Ethiopie en voie d’extinction, utilisés traditionnellement comme lieux de réunion. L’architecte Arturo Vittori assure que sa proposition est d’assurer la durabilité de l’eau dans tous les sens et dit : « Une fois que les habitants auront les connaissances nécessaires, ils seront en mesure d’enseigner à d’autres communautés le moyen de construire leurs propres tours. »

La structure de fou.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous sommes en présence ici d’une architecture des plus étrange. Voici deux exemples de structure qui me rappellent celle qu’on grimpait jusqu’en haut durant notre enfance mais en plus sophistiqué et plus sécurisé, l’une situé dans le Musée des enfants de Gyeonggi en Corée du Sud et l’autre à Bülach en Suisse.

Cette ensemble à escalader nommé « Formel Fun » a été conçu par Luckey LLC comme une sorte de construction pour l’enfant, faite de plateaux donnant une énergie et une dynamique dans l’espace.

 

La façade d’un bâtiment image ou réalité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Façades de bâtiments isolés » est une série du photographe français Zacharie Gaudrillot-Roy. Cette série offre une vision d’un monde inconnu qui ne se compose que d’une image sans espace derrière elle, avec les regards des façades comme seul refuge.

Pliage de porte.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On connaît la porte battante, la porte coulissante, la porte rotative, la porte automatique. La liste est longue… mais un designer a réussi à innover dans ce domaine!

Le designer autrichien Klemens Torggler a crée cette porte pliante qui ressemble à un pliage d’origami.

Klemens Torggler y décrit cette curiosité comme une « porte à panneau-basculant » et précise que les rebords sont « souples » pour éviter de se coincer les doigts. « C’est absolument sans danger », lit-on dans la description de sa vidéo.

L’habitation pour écureuil humain.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le cabinet d’architecture « Tengbom Architects » a conçu un appartement d’étudiant de seulement 10 mètres carrés exposé au Musée d’Art Virserum dans le comté de Småland, en Suède.
Tengbom Architects a conçu cet appartement d’étudiant pour qu’il soit abordable, respectueuse de l’environnement et intelligent à la fois en termes de conception et de choix des matériaux.

Le projet est une collaboration avec le fabricant de bois Martinsons et société immobilière AF Bostäder. Pour réussir à construire des logements pour étudiants abordable, cela exige une réflexion innovante et de nouvelles solutions. Grâce à un assemblage efficace et une utilisation du bois contrecollé en tant que matériau de construction, le loyer est réduit de 50% et l’impact écologique et l’empreinte carbone est également réduite.

Cet appartement vraiment compact offre toujours un confortable couchage en mezzanine, une cuisine, une salle de bains et un petit jardin avec une terrasse.

Comme un château de sable.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’artiste californien Tchad Wright nous propose un travail en lien avec son passé, un écho des souvenirs d’enfance et de la réflexion sur la notion de banlieue. Dans cette série intitulée Master Plan, il fait l’amalgame avec le château de sable d’un enfant à l’architecture caractérisant une banlieue américaine d’après-guerre.

Avec l’utilisation de l’érosion comme un processus de réalisation de l’installation, il propose également une réflexion sur les actions du temps.

Du ciel à la terre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Combien d’innovations ont déjà été faits avec la brique rouge ? Peu. Mais ce qui est sur s’est que sa forme a peut changé depuis des siècles.

Dans ce projet, les concepteurs Jin-young Yoon Kwon et Jeongwoong veulent introduire une nouvelle approche radicale de la fabrication des briques: utiliser des matériaux recyclés et employer leur conception à l’économie d’eau de pluie.

Leur conception « SAVE BRICK WATER » a été finaliste dans le « Concours international d’Incheon Design Award » de 2009, le thème était « Design Vert et la vie quotidienne. » Les concepteurs ont pris trois parties importante pour eux en rapport avec leur vie quotidienne: les briques de construction, les feuilles mortes et le plastique recyclé. Leur brique serait faite de ces deux derniers, ce qui résout deux problèmes de pollution.

Les briques disposent également d’un sillon d’eau sur le côté, une sorte de canal d’eau de pluie qui dirigerait l’eau dans un collecteur d’eau souterrain. L’eau pourrait alors être utilisée soit directement pour l’arrosage des plantes ou d’autres applications et même pourquoi pas après avoir été purifié qu’elle puisse servir à la consommation.