papier

Gunjan Aylawadi, le motif en papier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici le travail de l’artiste Gunjan Aylawadi qui crée des sculptures colorées complexes qui semblent avoir l’apparence du textiles tissés. Cependant, si on observe de plus prés se n’est pas du tissus mais du papier courbé. Elle s’inspire des motifs de l’art islamique.

Le processus, long et complexe, peut demander des mois de fabrication pour une seule œuvre car chaque papier ( parfois recyclé) est roulé et assemblé à la mains.

L’artiste raconte: « ce que j’aime le plus dans mon travail, c’est de découvrir le regard des gens quand ils voient mon oeuvre et découvre l’ampleur du travail effectué ».

Publicités

Retour aux fondamentaux de la lampe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 » It’s only a paper moon  » a été conçut par le designer Kazuhiro Yamanaka est actuellement présenté à la galerie italienne NOPX dans une exposition intitulée « progetto usomano l / lV .

Cette lumière suspendu se compose de trois composants, une pince à linge, un morceau de papier (que vous façonnez vous-même) et d’une ampoule suspendue. L’abat-jour est enroulée et maintenu en place par la pince à linge en bois à laquelle l’élément d’éclairage est fixée. Vous pourrez bien sur personnaliser l’abat-jour selon le type et la taille de papier ainsi vous jaugez l’intensité de la lumière.

 

Des propriétés multipliées pour le papier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Oh,oh,oh! Designers et autres créateurs, voici, le superbe cadeau de nos amis scientifiques.

Le Dr Roberto Cingolani , directeur scientifique de l’Istituto Italiano di Tecnologia(IIT) à Gênes, en Italie et son équipe ont créé un processus nanotechnologique qui fait du papier imperméable à l’eau, magnétique, antibactérien sans modifier les propriétés de base du papier. Ce papier est toujours du papier, vous pouvez imprimer, écrire, le plier pour en faire un avion. Et il peut même être recyclé. Ce docteur et son département se sont concentré sur l’application des nanotechnologie dans plusieurs produits du quotidien.

Attention, ce qui va suivre est un peu scientifique, je ne comprend pas tout moi même. Ce nouveau processus apparemment est basée sur l’obtention des molécules simples (monomères) de papier ou autres matériaux non tissés pour les connecter avec des nanoparticules spécifiques qui forme un polymère qui est ensuite dispersée dans une solution. Super clair je pense!  Tout le monde à compris?

Le composé final est une matrice polymère qui comprend des nanoparticules. Ce processus nanotechnologie – monomères mélangé avec différents types de nanoparticules – est la base de toute chose  que l’on pourrait appliquer sur le papier. Si vous ajoutez des nanoparticules d’oxyde de fer à la matrice polymère, cela donne du papier magnétique; par contre si vous ajoutez les nanoparticules d’argent cela donne des propriétés antibactériennes.

Une fois le composé créé, il peut être injecté dans n’importe quel matériau non tissé comme les tissus ou papiers et être appliqué par laminage, trempage ou revêtement stérilisé du tissu ou du papier. Mais il ne crée pas une surface sur le papier, il crée une carapace molle en 3D autour de chaque fibre du papier.

Vous pouvez voir dans le diaporama un exemple de fibres de papier fluorescent (cf.image verte).

Dr Cingolani ajoute que l’on peut faire avec ce procédé, un support auto-nettoyant.

Applications multiples: – Papier antibactérien pour emballage alimentaire et applications médicales.

– Papier fluorescent et magnétiques pour la sécurité et les billets de banque ou tout autres documents.

– Papier imperméable pourrait être utilisé pour protéger des documents du patrimoine culturel.

Vous allez dire que s’est uniquement sur le papier pour l’instant, mais le nouveau procédé peut également être appliquée à d’autres produits qui découlent du papier comme les livres, magazines, journaux, papier-monnaie et le papier peint. Imaginez un papier peint qui résiste à des bactéries et pourrait réduire la propagation des germes dans le cabinet d’un médecin et les salles d’attente pendant la saison froide et la saison de la grippe.

Toujours impressionner par les avancés technologiques qui peuvent améliorer le quotidien de l’homme puisque à terme le but de ces recherches est peut-être de créer une seconde peau pour l’être humain afin de le protéger des microbes et d’autres choses.

Vivement que l’on puisse appliquer ce procédé sur certaine création. On voit déjà les possibilités infinies de cette découverte.

http://www.iit.it/ —– site de l’université italienne.

http://www.iit.it/en/people/scientific-directors-office/scientific-director/roberto-cingolani.html  —– profil du Dr Roberto Cingolani.