photographie

Des portraits sur-réel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai vraiment adoré les clichés du photographe Romain Laurent qui dans cette série nous amène tout droit dans un monde surréaliste, une pause dans notre espace temps.

Dans ces portraits animés frôlant l’absurdes, intitulé « One Loop Portrait a Week », le photographe s’inspire à la fois de Sempé, de Philippe Ramette, de Michel Gondry mais je les trouve aussi très proche de l’univers de Erwin Wurm. Il prend des photos et faits des montages qui fonctionnent apparemment au « feeling » .

 

 

 

 

Publicités

Le monde étrange de Rachel Baran.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Très belles créations de Rachel Baran, une jeune et talentueuse photographe américaine âgée de seulement 20 ans. Vous allez rentrer dans un univers étrange et étonnant, à la fois sombre et naïf, flirtant avec le surréalisme avec beaucoup de poésie et d’onirisme…

La façade d’un bâtiment image ou réalité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Façades de bâtiments isolés » est une série du photographe français Zacharie Gaudrillot-Roy. Cette série offre une vision d’un monde inconnu qui ne se compose que d’une image sans espace derrière elle, avec les regards des façades comme seul refuge.

Une vision surréaliste des choses.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici le travail du photographe belge Filip Dujardin, inspiré par l’architecture et les paysages typique. Ces compositions sont profondément surréaliste défiant la fonctionnalité en évitant de créer des mondes utopiques dont les arrangements évoqueraient le romantisme.

Son dernier travail comprend des photographies prises sur la côte française de Deauville et les environs de Guimaraes au nord du Portugal. Ses agencements photographiques sont constitués de bâtiments réels, qui sont ensuite transformées en nouvelles structures fictives avec l’utilisation de techniques de collages numériques. Les formes architecturales, bien que familière, deviennent des environnements oniriques où des éléments sont érigés, insérés, multipliés ou alors plantés de façon improbable.

Ses compositions irrégulières sont à la rencontre du réel et du numérique, et correspondent parfaitement aux milieux naturels. Dans le même temps, la juxtaposition donne une nouvelle dimension au collage photographique et offre un autre point vue sur les trompe-l’œil.

Filip Dujardin, même s’il transforme ces photographies, il garde le meilleur en respectant leur histoire et leur importance culturelle. Son côté surréaliste nous offre une merveilleuse envie d’évasion de l’esprit.

La démesure par Christian Stoll.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici la série nommé « Epic » du photographe Christian Stoll.

Depuis 1991, Christian Stoll travaille comme photographe pigiste, en faisant la navette entre la ville de New York et la ville de Düsseldorf, en Allemagne. La photographie Stoll a eu une influence majeure sur l’image d’entreprise des sociétés internationales comme General Electrics, IBM et Microsoft.

Cette série est composé de vues grand angle de lieux futuristes. Elle expose une suite d’espaces qui ont une chose en commun: elles sont immenses. Ces espaces n’ont pas été conçu en utilisant des rendus de perspective, mais il conçoit ces clichés en utilisant tout simplement les effets de structure industriel ou les plans urbains. Ce sont des points de vue que nous ne sommes pas habitués à voir, même si les espaces font parti des processus omniprésents dans notre vie quotidienne.

Si l’idée de photos sur des installations industriels ou d’une suite d’escalators peuvent ne pas sembler trop excitant, rien qu’avec des espaces du quotidiens et un point de vue particulier, le sujet peut être épique voir même inimaginable.

Il réussit néanmoins à rendre visible ses éléments architecturaux parfois vertigineux et démesurés avec ce travail photographique d’exception.

[Christian Stoll]