technique

EcoArk l’avenir du bâtiment écologique

Ce diaporama nécessite JavaScript.

EcoARK est un pavillon conçu spécialement pour l’Exposition internationale de Taipei par la société MiniWIZ et entièrement construit avec des bouteilles PET recyclées.

Ce bâtiment écologique, financé par le groupe taiwanais Far Eastern, propose une solution fascinante au problème de l’accumulation des déchets. Sa réalisation a permis le recyclage de 1,5 million de bouteilles en plastique. L’EcoARK fait neuf étages de haut et a accueilli l’Exposition Internationale de fleur de Taipei.

L’idée de ce pavillon est née, selon Far Eastern, du volume phénoménal de bouteilles PET utilisées à Taiwan, soit 4,5 milliards de bouteilles de 600 ml ou 90 000 tonnes chaque année. Sa conception est le résultat de trois années de recherche qui ont abouti au concept de POLLI-bricks, des « briques » translucides aux propriétés isolantes remarquables qui s’encastrent les unes dans les autres et qui peuvent, selon la destination du bâtiment, être ou non laissées vides.

Utilisation des techniques pour diminuer l’empreinte carbone du bâtiment: ventilation naturelle, chute d’eau qui régule la température extérieur de la structure, les POLLI-BRICK ™ qui ont une propriétés d’isolation élevées ainsi qu’un système d’éclairage qui provient de l’énergie solaire capturée au cours de la journée puis restitué la nuit un éclairage à LED EcoARK.

A la mi-mars, l’EcoARK avait attiré 1,5 million de visiteurs parmi les quelque 5,5 millions de personnes qui avaient franchi l’exposition.

Le Pavillon EcoARK a été pensé pour qu’il soit entièrement démontable et puisse se déplacer dans des conteneurs. Le procédé sera montré dans plus de 100 écoles primaires, collèges et lycées partout en Taiwan en vue d’enseigner aux enfants l’importance du recyclage.

Publicités

Melvin the Machine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Melvin est une machine du groupe Rube Goldberg.
Ce groupe d’artiste-designer-scientifique on prit le nom de Rube Goldberg ( né le 4 juillet 1883, mort le 7 décembre 1970) dessinateur juif américain, spécialisé dans le dessin de presse, politique comme l »humour, et la bande dessinée. Il a également été scénariste de cinéma, romancier, inventeur, sculpteur et était ingénieur de formation. Une machine de Rube Goldberg est une machine qui réalise une tâche simple d’une manière délibérément complexe, le plus souvent à l’aide d’une réaction en chaîne.

Ils construisent leur premier Melvin fin 2010, appelé « BIG », une grosse machine capable de divertir un grand nombre de personne en une seule fois. Après son grand succès, beaucoup de gens ainsi que des entreprises et des festivals ont voulu l’avoir pour l’utiliser dans des spectacles. Mais BIG Melvin était tout simplement trop gros et coûteux à reconstruire.

Alors en 2012, ils se sont remis à construire une autre de leur machines de réaction en chaîne appelée « Melvin ». Cette fois-ci une version portable, un Mini Melvin!

Mini Melvin est contenue dans deux vieilles valises, spécialement conçue pour voyager dans le monde. Chaque fois que Melvin a fini son processus, il «signe» une carte postale et colle un timbre sur elle. Prés à l’envoyer pour marquer ou bien avertir de son passage dans le monde.

Comme son grand frère, Mini Melvin dispose également d’une ligne de communication directe qu’il utilise pour voir les gens qu’il rencontre. Pour que cela reste véritablement mobile Melvin utilise un smartphone avec ces propre identifiant en ligne.

Très astucieux, inutile mais divertissant cette machine est un petit chef d’oeuvre crée avec quelques objets, une grande réflexion et beaucoup de patience. A vos tournevis!

[Melvin the Machine]

Mini Melvin en action (avec un gars qui ressemble étrangement à mon Oncle Hulot, grande référence!):

Voici le grand frére de Melvin, Big Melvin:

Une écologie possible pour les matériaux de construction.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je vous présente aujourd’hui un très beau travail d’un designer hollandais Dave Hakkens.

Quand on détruit un ancien bâtiment pour en construire un nouveau, on ne retrouve aucune trace de lui. Les déchets sont enlevés ou servent de remblai. Et on efface toutes traces.

Le concept ici, est d’utiliser les différents matériaux de l’ancien bâtiment pour en fabriquer de  nouveaux pour le nouvelle édifice. Il dit qu’il a été inspiré par les matériaux que l’on utilise pour le sol des terrasses. Bien que ces matériaux soient produit avec des déchets, ils sont vraiment propres et de bonne qualités et, on peut très bien marcher, toucher et sentir ces produits sans aucun risque. Son but était de savoir si nous pourrions utiliser nos propres déchets lors de la démolition pour en donner de nouveaux. Pour cela il a fait plusieurs essais avec différents matériaux et a pu faire une sélection de matériaux qui soit possible d’utiliser.

Il a utilisé des briques et des tuiles concassées comme pigment. Et aussi entre 20 et 30% de ciment liant l’ensemble pour en faire des dalles pour le sol (voir le diaporama).

Au final, il nous propose 3 exemples différents de ce à quoi cela pourraient ressembler mais en fin de compte toutes les combinaisons sont possible.

On connaissait le recyclage des ordures ménagères mais peu celui des déchets de construction.  En un sens, ce travail est très écologique et devrait être intégré dans plusieurs projets.

[Dave Hakkens]