Les aristochiens, des portraits un peu étrange.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Thierry Poncelet, né en 1946 dans une famille belge, anoblie au début du XXème siècle, a révolutionné l’art du portrait. Premier artiste d’une famille consacrée au service de l’Etat, son père fut Procureur du Roi. Il fit des études l’Ecole Saint Luc de Bruxelles où il étudia les Beaux-Arts puis devient restaurateur de tableau.

C’est en travaillant sur le portrait d’une dame qu’il trouva très laide et voyant son chien gambader autour de lui qu’il eut alors l’idée pour se divertir de peindre la tête de l’animal sur la tête de la vieille dame. Mais bien sur il effaça la tête du chien pour rendre intacte le tableau à ses propriétaires.

Se n’est que bien plus tard qu’il se mit alors à acheter des portraits d’ancêtres en déshérence, ceux que l’on trouve chez les antiquaires et brocanteurs, ceux dont les descendants se débarrassent pour diverses raisons pour enfin pourvoir peindre des têtes de chiens dessus. Ce qui est drôle s’est que certaines famille souveraines ou princières lui ont commandé des portraits pour chez eux.

L’effet de ces peintures est des plus saisissant et très humoristique. Il faut beaucoup d’imagination, de l’audace et du talent pour se lancer dans une telle aventure. Il redonne vie à des portraits abandonnés, parfois un peu tristes, en les associant au meilleur ami de l’homme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s